La décennie est marquée par un monde en expansion, un monde qui devient pluriel, qui vit l’après - décolonisation, l’entrée dans un monde géopolitique global. Considérer la scène artistique occidentale comme un système complet et final paraît à contre sens de cette évolution.

L’art n’est pas isolé. D’autres voix, d’autres esthétiques ont surgit de leur silence. La question de l’identité, de la particularité, est fondamentale aujourd’hui. Nos référents ont changés, d’autres civilisations existent, et elles sont au moins aussi vives que l’occident.

Le sujet est de reconnaître et valoriser les arts contemporains des civilisations non occidentales dans le réseau du marché de l’art contemporain occidental. L’enjeu est la reconnaissance de civilisations et valeurs autres que occidentale comme au moins aussi intelligentes.

Ce phénomène d’expansion de la pensée s’accompagne d’une profonde interrogation sur ce qui nous différencie, ce qui nous distingue de l’autre ; une nouvelle perception s’impose.

La diversité est l’essence de cette intelligence que produit l’Art.